Title Image

Lexique

En botanique et en biogéographie, une formation végétale désigne une communauté d’espèces végétales, caractérisée par une certaine physionomie, et qui détermine un paysage caractéristique. Cette physionomie, on dit aussi, « végétation », qui permet de faire une description générale à une échelle assez étendue, dépend des espèces qui composent la formation végétale et du milieu qui les accueille.

Les milieux ouverts herbacés du Massif central sont constitués d’une très large palette de formations végétales:

Les pelouses

Il s’agit de formations herbacées de faible hauteur (10-15 cm), qui se caractérisent par des espèces de petite taille, liées à des sols peu épais et pauvres en matières nutritives.

Les prairies

Les prairies correspondent à des végétations élevées (20-40 cm), fermées, denses, qui se caractérisent pas des espèces de grandes taille et, en ce qui concerne les graminées par, la dominance des espèces à feuilles larges (Pâturin commun, Dactyle aggloméré, Fromental, Houlque laineuse, etc.). En dehors de toute fertilisation d’origine humaine, les prairies se développent sur des sols épais, riches et bien alimentés en eau (bas de pente, zones de dépression, bords de cours d’eau…)

 

 

Le pâturage désigne l’espace où l’éleveur fait paître le bétail en certains moments de l’année.

L’aptitude au report sur pied est la capacité du feuillage à rester appétent et nutritif en dehors des périodes de croissance.

Le terme « Savoirs » regroupe  l’ensemble des connaissances, savoir faire et savoir être et intègrent une dimension technique, sensorielle mais aussi socio-culturelle (croyances, systèmes de valeurs, représentations).

Les savoirs paysans = savoirs locaux (notion d’attachement à un pays). Ils évoluent sans cesse : si certains peuvent être considérés comme traditionnels, la plupart sont issus d’un processus d’innovation.

Tous les savoirs paysans ne sont pas écologiques !

Ceux qui nous intéressent :

  • Favorisent l’adaptation au milieu et à ses contraintes,
  • Sont soucieux de préserver les ressources naturelles,
  • S’inspirent de la complexité des écosystèmes (pour stopper la simplification et l’artificialisation),
  • Optimisent les interactions avec la biodiversité (intègrent les espèces sauvages).

Une question ?

N'hésitez pas à prendre contact avec nous !